Lotissement "Licht en Ruimte" à Roulers

Premiers logements individuels de Flandre à être raccordés au chauffage urbain au moyen des sous-stations d’Alfa Laval

Le site « Licht en Ruimte » est développé par le promoteur Dumobil, qui l’a acheté avec Coussée-Bostoen nv. Ce projet implique la construction de 39 villas, 12 habitations adjacentes et 45 appartements. Mais ce n’est pas tout: c’est aussi le premier lotissement de Flandre dans lequel les logements seront intégralement chauffés via un raccordement au réseau de chauffage urbain.

Dans le cadre de ce projet, Van Marcke fournit les sous-stations d’Alfa Laval.

Des canalisations d’eau partent déjà de l’usine d’incinération MIROM, pour chauffer notamment le centre culturel De Spil, l’hôpital, le bassin de natation (Spillebad), le campus Katho et le REO Veiling (marché de gros). Ces canalisations passent également sur le terrain à lotir de « Licht en Ruimte ». Tom Prinzie, Product Marketeer de Van Marcke Projects, a insisté sur l’importance d’utiliser ces canalisations auprès du promoteur Dumobil. Mais une convention légale existe entre les gestionnaires de réseau, les lotisseurs et les communes, selon laquelle le raccordement au gaz, à l’électricité et à l’eau ainsi que la pose des câbles de télécommunication de tout lotissement sont à la charge du lotisseur. Grâce à la force de persuasion de Van Marcke et à l’implication d’une jeune politicienne passionnée de Roulers, le décret a été modifié en trois semaines. « Le raccordement au gaz n’est désormais plus nécessaire s’il existe des sources alternatives de chauffage. »

Avantages

« Au Danemark, 80% des habitations sont chauffées à l’aide d’un réseau de chauffage urbain qui récupère la chaleur de l’industrie », explique Tom Prinzie. « En Suède, ce chiffre est de 60%, et aux Pays-Bas, on compte plus de 500.000 raccordements. En Belgique, nous n’en sommes qu’à notre premier lotissement. La chaleur résiduelle des usines de traitement des déchets est désormais aussi transformée en électricité pour obtenir des certificats verts. Si ce n’était pas le cas, MIROM pourrait augmenter son rendement de chauffage de 75%. Si toutes les usines d’incinération de déchets de Flandre occidentale collaboraient, 25% des logements de la province pourraient être chauffés de cette manière. A Anvers, la perte de chaleur se chiffre chaque année à 1.000 mégawatts, ce qui représente plus de 200.000 habitations! Ce mode de chauffage améliore encore le « E-peil » (niveau E) et l’efficacité énergétique, car il n’y a plus besoin d’utiliser de l’électricité pour se chauffer et les émissions sont nulles. C’est peut-être dans ce système que réside la solution à la problématique actuelle concernant la fourniture d’électricité en hiver. Saviez-vous par exemple qu’un sac d’ordures ménagères de 10 kilos équivaut ainsi à trois litres de mazout? »

Contact

PR Manager

agnes.jpg

Agnès Pringiers

apringiers@vanmarcke.be

Tel: +32 56 23 77 31

GSM: +32 479 97 93 14

linkedinbtn.jpg